Une fête de Noël en mode distancié

Une fête de Noël en mode distancié

Comme chaque année, le Centre SocioCulturel de la Meinau se préparait à organiser sa fête de Noël 2020 pour réunir petits et grands dans une ambiance féerique. Tout ne s’est pas vraiment passé comme prévu…

Du rêve à la réalité…

Quelles animations festives allions nous pouvoir trouver ? Quels décors grandioses pour sublimer ce moment ? Quelles actions de solidarité nous allions pouvoir mettre en place ?
La Covid-19, qui elle, n’est pas friande de convivialité, a choisi pour nous. Pas de rassemblements autorisés! Et donc pas de fête de Noël. Du moins, pas de fête comme celle que nous connaissions auparavant. Proposer des animations conviviales sans réunir les gens ? Le défi était lancé pour l’équipe du Centre. C’est sûr, le chocolat au lait ou le vin chaud n’auront pas la même saveur en visio…

Un concours de « sapins divers »

Une version 2.0 a donc été imaginée en utilisant les réseaux sociaux comme support d’animation. Un concours de réalisation du plus beau sapin « les sapins divers » a été lancé afin de permettre aux habitants du quartier d’exprimer leur créativité. A la mi-décembre, les réalisations, toutes très différentes, ont été soumises au vote du public sur la page du Centre : des dessins, des réalisations 3D, des gâteaux, du crochet et même un en patchwork ! La grande gagnante de ce concours Véronique W., nouvelle habitante du quartier, a gagné un panier garni. En venant chercher son lot, elle a proposé son aide pour devenir bénévole au CSC et depuis elle vient renforcer l’équipe sur l’accompagnement scolaire ! Nous devrions organiser plus régulièrement ce genre de concours (ndlr).

Une « bourse aux jouets » solidaire

Un des temps forts de la fête de Noël du Centre, c’est la bourse aux jouets. Celle-ci est organisée chaque année au profit de l’ACS Meinau, auquel nous reversons l’intégralité de la recette, pour soutenir son action d’entraide alimentaire. Jean-Philippe Maurer, notre conseiller départemental participe activement à l’organisation de cet événement en mobilisant les commerçants et les établissements scolaires pour une collecte de jouets qui sont ensuite revendus à des prix très bas. Au mois de décembre, des dizaines de cartons viennent envahir les couloirs du CSC et le bureau d’Adriana Michel, la responsable de l’événement, en attendant d’être nettoyés et triés avec l’aide de nos bénévoles pour le jour de la vente.

Début décembre, sous des montagnes de peluches, jeux de société et camions de pompiers, nous apprenons que l’événement n’aura pas l’autorisation de se tenir. Et ce malgré, malgré une organisation au cordeau, dépassant les attentes des protocoles sanitaires. La frustration était d’autant plus grande que chaque jeudi, devant le Centre, se tient le marché de la Meinau, où les mesures barrières nous semblent bien plus légères que celles que nous avions imaginées pour cet événement.

Une idée a commencé à germer : pourquoi ne pourrions-nous pas nous glisser entre le stand du maraîcher et celui du vendeur de prêt à porter ? Il ne nous restait plus qu’à solliciter le service des marchés de la ville de Strasbourg pour demander à bénéficier d’un emplacement. Ce fut chose faite et une fois l’accord donné par la municipalité, la communication fut lancée. Cette bourse aux jouets a connu un beau succès et dépassé les ventes de l’année passée.

Une distribution de « lien social »

Pour tenter de mettre un peu de joie dans les cœurs de aînés du quartier et en l’absence des temps de rencontre festifs que nous organisons habituellement, nous avons organisé une distribution de boîtes de chocolats pour un peu plus de 100 séniors du quartier. Cette distribution s’est tenue un samedi et l’équipe du Centre, en binôme avec des jeunes fréquentant nos activités, s’est répartie pour cette visite à domicile. L’attention a été particulièrement appréciée par nos aînés et pour certains même l’émotion n’a pas pu être contenue. Au-delà des quelques chocolats, chaque rencontre a été l’occasion d’échanger, de discuter, ces petits moments qui font gravement défauts en cette période de pandémie où la distanciation physique se transforme pour beaucoup en isolement contraint.

Gageons que ce virus deviendra vite un mauvais souvenir et que perdureront les nombreuses actions de solidarités que cette période a fait émerger !

AB

Alexandre BESSE
Author: Alexandre BESSE