L’Orée 85, un nouveau tiers lieu culturel, solidaire et éco-responsable à la Meinau

Nichées dans un écrin de verdure le long du canal du Rhône au Rhin, l’écluse numéro 85 et l’ancienne maison d’éclusier retrouvent une deuxième vie grâce à l’initiative de 3 jeunes strasbourgeois. Avec une ouverture prévue cet automne, l’Orée 85 offrira une nouvelle alternative culturelle atypique à la Meinau, centrée autour de la solidarité et de l’éco-responsabilité.

Après avoir traversé la zone industrielle de la Plaine des Bouchers, l’arrivée à l‘Impasse de l’Ecluse laisse rêveur. Le terrain, en friche depuis des années, a été fraîchement débroussaillé, les maisons éparses du voisinage disparaissent dans le feuillage épais des arbres, une passerelle piétonne enjambe les eaux du canal qui coule sous les fenêtres de la maison. Cette dernière ne paye pas de mine, mais il suffit de laisser les nouveaux habitants raconter leur itinéraire pour se projeter avec eux.

L’idée d’ouvrir une maison ensemble a germé dans le cerveau de Maxime, Lola et Manon il y a déjà plus d’un an et demi. Les trois s’étaient rencontrés pendant leurs années d’études, et se sont retrouvés avec l’envie de s’engager dans un projet plus personnel. Construire ensemble, en réhabilitant une ancienne maison d’éclusier mise à disposition par VNF (Voies navigables de France).

Ils remportent un appel à projet en décembre 2020, et projettent de développer l’activité du lieu autour de 3 axes : 

– Un bar-café, dans une logique de développement durable : produits issus de l’agriculture biologique ou raisonnée*, approvisionnement local auprès de partenaires parmi lesquels leurs voisins de l’îlot de la Meinau,
– Une mini-ferme pédagogique: poules, ruches, potager urbain,
– Une programmation culturelle, avec l’envie de proposer aux visiteurs des concerts, spectacles, des projections de films mais aussi des discussions-rencontres et des  activités de découverte de la biodiversité du quartier, plus riche qu’on pourrait le croire.

En attendant les travaux, la maison abrite les semis du futur potager

Faire de l’éducation populaire d’abord avec soi même

Le projet se veut solidaire, éco-responsable, deux notions que le trio décline dans tous les aspects du développement: pour la partie restauration, des partenaires locaux pour favoriser les circuits courts, pour les travaux d’aménagement, ils font appel à des partenaires spécialisés dans l’économie circulaire*, BoMa, une structure strasbourgeoise, spécialisée en récupération et réemploi de matériaux, et l’atelier Na pour l’architecture extérieure et l’aménagement de l’intérieur, qui apporte également avec eux une expérience des chantiers participatifs. 

Ces chantiers seront justement l’occasion pour les riverains et les autres habitants du quartier de faire connaissance avec le lieu avant même son ouverture officielle : donner un peu de son temps et mettre à contribution ses compétences pour aménager l’extérieur, peindre, clouer, percer, accrocher, laisser sa marque. Pour ceux qui ne savent pas comment s’y prendre, apprendre, et pour ceux qui savent, transmettre. 

Et pour l’équipe, autant d’occasions d’apprendre eux aussi, de mieux cerner les attentes et les besoins des habitants qui seront leurs voisins et leurs premiers bénéficiaires, de comprendre ce qu’ils doivent adapter et ce qu’ils peuvent apprendre de leurs visiteurs.

Dès cet été, de nouveaux projets se mettent en mouvement pour préparer l’ouverture de l’Orée 85: une campagne de financement participatif, une “université d’été” ouverte à plusieurs étudiants de différentes écoles d’architectures et consacrée à l’aménagement du bar, et plusieurs chantiers participatifs pour la construction de la terrasse, du mobilier. tout ou presque reste à faire, et nous ne manquerons pas de suivre le projet à ses différentes étapes au fil de l’eau.

 

Pour aller plus loin :
retrouvez l’Orée 85 sur
Facebook : https://www.facebook.com/Loree85
Instragram : loree_85

Participez à la campagne participative sur Okoté :  https://bit.ly/35nmSSehttps://bit.ly/35nmSSe

LM

Louise Metayer
Author: Louise Metayer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.