Le saviez-vous : la rue Maria Montessori

La rubrique « Le saviez-vous » se propose, sur un mode ludique, de faire découvrir des rues, des lieux des souvenirs d’évènements collectifs par une ménovienne, qui a envie de les faire connaître et de susciter d’autres contributions habitantes
Je commence la rubrique « La Meinau et ses ressources en matière d’éducation, de formation et de savoirs être ». Commençons par la découverte de quelques noms de rue qui en témoignent : saviez-vous qu’il existe une rue Maria Montessori à la Meinau ?
Où est elle ?

Au début de la Meinau : sortez du tram à la station Krimmeri, longez cet affreuse chose de malbouffe qui s’appelle le McDo, prenez au feu rouge à gauche : Vous y êtes ! Mais vous ne le savez pas.
Il faut aller au bout, du même coté, tranquillement, jusqu’à l’embranchement avec le rue de l’Extenwoerth, et là, levez le nez : un  panneau bleu indique 

Rue Maria Montessori
1870-1952
 Pédagogue Italienne

En marchant, vous le constatez, c’est une courte portion, à peine 200m, qui joint l’avenue de Colmar à la rue de l’ExtenWoerth, au niveau de la route de la Fédération… Elle se faufile dans un no’mans land de parkings bétons couchés entre la promesse verte du grand parc de l’Extenwoerth et le confetti arboré du square du Krimmeri, coté Plaine des Bouchers. Elle relie, par delà la ligne de tram, les zones des « villas » aux zones industrielles et techniques

Et alors, quel intérêt ? Qui c’est cette Maria MONTESSORI du siècle dernier ?

Certes, on lit que Maria Montessori est une pédagogue. C’est aussi une médecin. Dès son plus jeune âge elle adore les mathématiques et la biologie.
Ce que le panneau ne dit pas, c’est son génie créatif et sa passion pour l’éducation des enfants.  La méthode « Montessori »  a été un tournant majeur dans l’histoire de l’éducation de l’enfant. Elle a conduit la société à se questionner sur le statut du jeune enfant; elle a suscité de nouvelles recherches et applications éducatives et pédagogiques.

En Italie, son visage a été imprimé sur les billets de mille lires italiennes, comme chez nous le visage de Voltaire sur les anciens billet de dix Francs. Jusqu’au à l’Euro en l’an 2000.

Elle étudie tout au long de sa vie les différents stades de développement de l’enfant. Elle devient une grande savante  internationale qui allie connaissance de la nature et éducation.

Maria Montessori en 1936. ©Montessori Centenary
Maria Montessori en 1936. ©Montessori Centenary
D’accord, mais si elle est si célèbre, pourquoi donner son nom à une rue de la Meinau ?

Bonne question !  Il y a plusieurs raisons :
D’abord trouver une rue nouvelle à nommer, selon les règles des villes françaises : il y a 30 ans, le projet de réaménagement du square de l’Aiguillage pour l’arrivée du tram, la ligne A, en a été l’occasion.

Et qui a choisi de donner le nom de MONTESSORI ? C’est aussi une longue histoire, une histoire citoyenne et municipale qui croise celle de l ‘histoire des femmes et de leur reconnaissance.
En 1990 , le conseil municipal de Strasbourg adopte la politique d’égalité des chances Femmes/Hommes. Une grande ambition, avec beaucoup de volets.
Côté visibilité et mémoire, les nominations des  nouvelles rues devront tendre vers plus de parité. La commission d’attribution des noms de rues y travaille. Elle a proposé en 1990  cet endroit.

Un endroit où, malgré son emplacement discret, la rue Maria Montessori ouvre le quartier de la Meinau coté Nord-Est, fait un clin d’œil à l’ancienne Ecole normale, et relie par la station Krimmeri ce no-mans land à la plaine des Bouchers et jette un coup d’œil appuyé au lycée Couffignal.

Ainsi Maria Montessori reste entourée de lieux de formation et de recherche, comme cette école normale devenue tour à tour IUFM, puis ESPE et aujourd’hui INSPE, Institut National Supérieur du Professorat et de l’Education. 
Bien que ce site doive sa réputation plutôt au Racing club, la Meinau doit un développement durable à ses sites pédagogues, dont les médias parlent nettement moins. D’ailleurs un autre grand pédagogue avait  donné son nom à une place ménovienne, la place Jean Macé.

 

Parmi tous ces pédagogues, pourquoi choisir Maria MONTESSORI ? 

C’est vrai, il faut choisir. Tout le monde ne va pas avoir un nom de rue. C’est une 3ème raison. Elle est le résultat d’une longue histoire, une histoire citoyenne et municipale qui croise celle de l ‘histoire des femmes et de leur reconnaissance.

Ecoutez : Toujours en 1990, le conseil municipal de Strasbourg adopte la politique d’égalité des chances Femmes/Hommes. Une grande ambition. La commission d’attribution des noms de rues travaille à plus de parité. La Meinau est un quartier aéré, à la population rajeunie et pluriculturelle. Et un lieu-carrefour des peuples. Avec un centre de formation des maîtres.ses d’école ouvert aux pédagogies centrées sur les besoins de l’enfant, et en lien avec la nature. Maria Montessori a été retenue.

Une école Montessori des années 1925. © Montessori Centenary
Et c’est quoi, cette méthode Montessori, aujourd’hui ?

Belle question : c’est une méthode d’éducation ouverte reposant sur un apprentissage sensoriel. A l’aide d’un important dispositif matériel, l’enfant progresse dans sa compréhension et ses interactions avec le monde. En utilisant ses 5 sens, très concrètement. Au travers de ses « périodes sensibles », l’enfant est amené à découvrir, interroger et décoder son environnement et ainsi à aiguiser sa perception du réel.  Il y a aujourd’hui beaucoup d’enseignant.es, d’éducateurs et d’animateurs qui s’en inspirent.

 

A la Meinau aussi ?

Oui, naturellement, par exemple au Play-Group qui accueille les enfants de 3 mois à 6 ans en « classe verticales », qui mélange les âges.

Et dans beaucoup d’autres écoles et accueils périscolaires  à Strasbourg, comme dans les CIGALe des AFL67, des écoles publiques à Hautepierre, et sans le savoir dans les activités des centres socio-culturels…

 

Tout çà caché derrière un nom sur un panneau de rue…

Oui, et plus encore. Un peu d’observation du terrain:
Si on se place dans la rue Maria Montessori, on aperçoit à l’arrière la clôture qui longe l’ancienne Ecole normale, sur le coté, par delà le tram, on peut apercevoir le site massif du lycée Couffignal. Dissimulée par un beau parc de verdure, route de la Fédération, se trouve un lieu d’accueil et d’éducation pour enfants en difficulté, le centre Adèle GLAUBITZ, une autre figure de l’action éducative.

Playgroup jardin d'enfant bilingue à la Meinau ©DNA 2019
Observer avec ses cinq sens, et même le sixième….

Les connaisseurs du quartier savent, qu’au delà du regard, bien d’autres lieux en lien avec l’éducation.

334 Route de Colmar se trouve le bâtiment de la CCI et son IFA , institut de Formation par Alternance,
Plus loin encore, à l’intersection avec la rue du Maréchal Lefèvre, l’université de Strasbourg a implanté son service de formation continue pour adultes,
Abritée dans la vieille Meinau, de l’autre coté de la rue du général Offenstein, à la hauteur de la rue Charles Schmidt, une petite place arborée porte le nom de Jean MACE, pédagogue lui aussi.

Ainsi Maria Montessori reste entourée de lieux de formation et de recherche, et voisine de près d’autres figures et lieux marquants que les prochains « Le saviez-vous» vous feront connaître.

M.V.G.

 

Pour aller plus loin :

Présentation de la rue Maria Montessori sur le site de la Ville de Strasbourg : shorturl.at/mwIR8

Le Playgroup, jardin d’enfants bilingue dans l’annuaire des acteurs locaux du quartier: http://mno-meinau.org/places/playgroup-jardin-denfants/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *