Parcours de femmes : débat au CSC Meinau sur l’égalité réelle

Parcours de femmes : débat au CSC Meinau sur l'égalité réelle

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, le secteur « Familles » du Centre socioculturel de la Meinau a organisé un temps d’échange avec les partenaires et les habitant.e.s du quartier Meinau sur l’égalité.

Journée du 8 mars droits des femmes

Fatima, femme courageuse

Impulsée par Marianne Vollet-Gless, de l’AFL (Association Familles laïques), cette journée a permis au CSC Meinau, grâce à l’aide des associations partenaires Eveil Meinau et Espoir, qui ont mobilisé leur public, d’organiser un espace de discussions autour des parcours de femmes inspirantes et réfléchir aux luttes féminines ainsi qu’aux moyens d’atteindre une égalité femme-homme réelle. 

Dès 14h, la salle du CSC Meinau se remplit. Une vingtaine de personnes, à majorité des femmes, sont venues spécialement assister à un débat sur les droits des femmes. Dès l’ouverture, c’est l’occasion de passer des extraits du film Femmes et précarité, le défi d’une vie, réalisé par l’association Calima (Coordination alsacienne de l’immigration maghrébine). Le témoignage de Fatima a été choisi pour introduire le débat. Cette femme, au parcours de vie incroyable, a lutté pour gagner sa liberté. Femme au foyer, elle s’engage dans le domaine associatif. Enfants, ménage, courses et cuisine composaient son quotidien. Enfermée, Fatima l’était. Son mari refusait qu’elle travaille ou ne sorte trop, gérant les finances et lui retirant l’accès au véhicule familial. Fatima a fait le choix de divorcer, malgré le chantage affectif de son mari. Elle s’est battue pour récupérer ses enfants et en avoir la garde : elle a réussi. Seule, divorcée, avec des enfants à charge, elle s’est battue pour travailler et gérer, seule, sa vie et l’éducation de ses enfants. Histoire d’une lutte quotidienne et perpétuelle. 

Un combat universel au nom de la liberté

Débat au CSC sur les droits des femmes, le 8 mars 2022
Au centre, en orange, Mustapha El Hamdani, président de l’association Calima

« Toutes les femmes peuvent se retrouver plus ou moins dans ce témoignage, sur divers points, en tant que femmes et mères. La question de la liberté, d’aller de l’avant et de toujours avancer ressort de ce témoignage et résonne en beaucoup d’autres femmes », réagit l’une des participantes.

Qu’est-ce qu’être une femme dans une société patriarcale ? Quelles sont les difficultés communes dans les divers parcours de vie ? Quels sont les besoins des femmes ? Qu’en est-il de leurs droits ?

 « Fatima peut être toutes les femmes, qu’elles s’appellent Françoise ou Zeynep, cela ne change rien. C’est le combat de tout le monde, c’est notre combat, celui de notre société, celui de toutes les femmes et de tous les hommes. C’est une lutte de tous les jours pour sortir la femme de la précarité », atteste Mustapha El Hamdani, président de l’association Calima.

La liberté est une question centrale. La femme doit être libre de ses choix : être libre de travailler ou d’être mère au foyer, si elle le souhaite. Etre libre de s’habiller comme elle le veut, sans être jugée ou discriminée. Etre libre, simplement, sans devoir rendre des comptes, sans avoir besoin de se justifier, sans devoir légitimer sans cesse ses choix. C’est à travers ses combats et ses choix que la femme prend la place qui lui revient de droit dans une société, qui pendant longtemps, l’a cloisonné au foyer. La femme s’émancipe et travail depuis peu, finalement. Une cinquantaine d’années ! La société patriarcale n’est plus du tout adaptée.

Des femmes débattent lors de la journée internationale des femmes au CSC de la Meinau
Khadija Arratbi, médiatrice interculturelle à l’association Calima, débat avec d'autres femmes sur leurs droits

« Je n’avais qu’à rester à la maison »

Inégalités de revenus à compétences égales, difficultés liées à la gestion de l’éducation des enfants et du foyer, inégalités de genre, sexisme et précarité féminine, sont autant de phénomènes sociaux réels et ancrés qui interrogent la place des femmes dans la société.

« Le monde patriarcal est encore une réalité. L’arsenal juridique est pourtant là, mais dans les faits, il n’est pas encore appliqué », intervient Cédric Balland, chef de service à SOS Aide aux habitants.

Une autre participante témoigne : femme séparée, mère et auto-entrepreneuse, son parcours est semé d’embuches. « Quand j’ai fait les démarches pour créer mon entreprise, on m’a claqué des portes au nez, et on m’a dit que je n’avais qu’à rester à la maison ! En plus, étant seule, on me refuse même un logement ! ».

« Filles mères »

L’éducation est primordiale pour permettre de changer, au fil des générations, les mentalités et les schémas répétitifs. Certain.e.s animateurs.trices du CSC Meinau interviennent pour pointer du doigt un phénomène : au CSC, garçons et filles ne partagent pas les mêmes espaces et ne prennent pas les mêmes rôles. Par exemple, beaucoup de jeunes filles sont déjà « mères », gardant leurs petits frères et sœurs, quant aux garçons, ils sont plus tournés vers des activités de loisirs. L’enjeu pour les animateurs.trices est donc d’atteindre une certaine mixité à travers l’éducation et surtout le dialogue, pour comprendre ces phénomènes qui reflètent les stéréotypes de genre. Ainsi, dans les questions autour de la lutte pour les droits des femmes, les enjeux éducatifs ressortent à bien des égards dans les débats.

La question essentielle à se poser est : comment, en tant que parents, ou travailleurs éducatifs, peut-on pallier ces problématiques et faire bouger les lignes ?

Débat égalité réelle, CSC Meinau, 8 mars 2022
Les intervenant.e.s débattent autour de l'égalité réelle entre femmes et hommes

Agir, c’est réagir face aux inégalités

L’assemblée conclut que le meilleur moyen d’agir est d’abord à son niveau : il faut continuer à porter sa voix, fort s’il le faut. Chacun.e, dans ses espaces personnels, familiers et professionnels, devrait intervenir face à des comportements ou propos sexistes. C’est ça agir à son niveau, c’est réagir devant des inégalités visibles.

Quelques associations à contacter :

Le Planning familial, pour les questions de santé : 13 rue du 22 novembre, 67000 Strasbourg. 03 88 32 28 28

La Cimade, pour les questions relatives au Droit de séjour : 2 rue Brûlée, 67000 Strasbourg. 0388140343 (permanence sur rendez-vous).

SOS Femmes Solidarité-accueil de jour pour les violences faites aux femmes : 5 rue Sellenick, 67000 Strasbourg. 03 88 24 06 06, du lundi au vendredi de 10h à 16h, avec ou sans rendez-vous. Appel anonyme et gratuit au 3919

Viols femmes informations : 0 800 05 95 95

EW, 8 mars 2022

Eva Wernert
Author: Eva Wernert

Une réflexion sur “Parcours de femmes : débat au CSC Meinau sur l’égalité réelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.