Théâtre au CSC de la Meinau : le retour

Théâtre au CSC : le retour

Pendant la première semaine de vacances, du 7 au 12 février, le théâtre s’est invité au Centre socioculturel de la Meinau. Un partenariat TJP-CSC renouvelé une seconde fois, pour le plus grand bonheur des jeunes.

Un des groupes de jeunes en pleine représentation de leur pièce
Un des groupes de jeunes en pleine représentation de leur pièce

Dans le cadre d’un projet de découverte du théâtre porté par le secteur jeunes du CSC, Juliette Steiner, metteuse en scène et comédienne, et Ludmila Gander, musicien.ne spécialisé.e dans les effets sonores, de la Compagnie de théâtre Quai n°7, ont encadré, pendant une semaine, l’atelier théâtre avec les jeunes du Centre. Une semaine de travail qui a débouché sur la représentation de leurs scénettes au TJP.

Gestion des lumières et expérimentations sonores

Le but des intervenant.e.s était de pousser les jeunes à réfléchir à une question : comment la lumière et le son peuvent-ils initier du jeu ? Les jeunes ont eu accès au matériel fournit par le TJP : projecteurs, console lumière, micros et enceintes. De son côté, Ludmila Grander, a ramené son PC, avec des logiciels intégrés, ainsi qu’un contrôleur sonore avec un clavier.

Les jeunes émettent des sons en temps réel
Avec l'aide de Ludmila, les jeunes produisent du son en temps réel pour chaque scénette

Dans un premier temps, les jeunes ont pris connaissance du matériel en menant diverses expérimentations sonores et en créant des effets de lumière. « C’était bien, j’ai appuyé sur pleins de boutons. Il y a différentes lumières : rouge, bleu et vert. Le rouge c’est quand ça fait peur. Le bleu c’est quand on était dans l’océan et le vert dans la forêt », réagit Lilia, 11 ans.

Durant cette phase, le CSC s’est transformé en véritable laboratoire sonore. « On a cherché à recréer des sons à partir d’objets différents. Par exemple, faire un bruit d’eau en grandissant et dupliquant un son pour qu’il prenne de l’ampleur. On a travaillé avec des boucles pour que les jeunes apprennent à produire diverses ambiances sonores en superposant des sons. Il fallait aussi leur apprendre que lorsqu’on fait du son c’est important d’être silencieux ! (Rires) », explique Ludmila Grander.

Occasion pour les jeunes de prendre conscience que le théâtre ne se résume pas uniquement au jeu d’acteur, mais révèle un univers bien plus complexe. « C’était super intéressant comme projet. Le théâtre c’est énormément de travail et ce n’est pas aussi facile qu’on pourrait le penser », confie Jade, 13 ans.

Un des groupes est en charge des lumières pour la pièce de leurs camarades
Un des groupes est en charge des lumières pour la pièce de leurs camarades

Navigateurs, scientifiques, naufragés, espions et pirates

C’est donc en partant de la lumière et du son que les jeunes ont inventé des scénarios. Ils ont été divisés en cinq groupes. Chaque groupe a travaillé sur une scène de courte durée. Ils ont tout géré d’A à Z : effets visuels et sonores, rédaction du scénario, utilisation du matériel, scénographie, placements et jeux d’acteur.trice.s. Un vrai travail de pros !

Les jeunes du CSC et les animateurs posent a l'issue de l'atelier théâtre au TJP
Les jeunes du CSC et les animateurs.trices du secteur Jeunes posent sur scène à la fin des spectacles au TJP

Les jeunes ont monté cinq spectacles :

  • Sur une plage de La Réunion, une jeune fille décide de se baigner en dépit des avertissements de sa mère et se retrouve face à une tueuse de légende dans l’océan.
  • En expédition dans un sous-marin, des scientifiques découvrent une nouvelle planète.
  • Des espions ont une mission particulière : arrêter un tueur fou qui dévore les pieds des gens.
  • Des amis, de sortie en mer, sont victimes du naufrage de leur voilier et se retrouvent échoués sur une île déserte. Ils sont finalement secourus par un hélicoptère.
  • Et enfin, des pirates s’aventurent dans la jungle d’une île pour enterrer un trésor. Sur le chemin du retour, ils font face à une terrible tempête en mer et décident de jeter une bouteille à la mer, contenant leur carte au trésor, juste avant de mourir. Plusieurs siècles après, des jeunes trouvent la carte qui les mène au trésor et deviennent riches !
Un jeune joue le rôle d'un tueur fou
Un jeune joue le rôle d'un tueur fou qui mange les pieds des gens

« C’est vraiment parce qu’ils ont traversé des états lumineux colorés et fait des expérimentations sonores qu’ils ont eu des imaginaires très riches dans leurs scènes. Quand je ne travaille pas de cette manière, c’est-à-dire d’abord sur le jeu, les acteur.trice.s ont tendance à aller vers des scénarios beaucoup plus réalistes. Là, les jeunes ont pu laisser libre cours à leur imagination et ils sont partis loin », analyse Juliette Steiner.

Le théâtre : de multiples métiers

Une fois les ambiances sonores, les jeux de lumière et les scénarios travaillés, les jeunes ont passé une journée au TJP. Dans un premier temps, les répétitions se sont enchaînés avant la représentation générale. « J’ai associé d’autres groupes pour faire les régies, en roulement. Les jeunes étaient tout le temps soit au plateau soit en train de faire du son ou de la lumière », précise Juliette Steiner. Composition sonore, gestion de la lumière et création visuelle ont été effectués en temps réel au moment du spectacle par les jeunes. « C’était génial ! On a appris pleins de trucs ! », s’exclame Damien, 14 ans.

Deux jeunes filles du Centre manipulent la console lumière
Deux jeunes filles du Centre manipulent la console lumière du TJP

« L’idée globale c’était que les jeunes découvrent qu’au théâtre il n’y a pas que les comédiens et comédiennes, souvent au-devant de la scène, mais aussi les métiers de l’ombre :  éclairagistes, technicien.ne.s lumière, scénographes etc. Ils sont hyper importants parce que sans ces métiers-là, le théâtre n’a pas lieu », conclut Juliette Steiner. On peut dire que le pari est réussi !

Les jeunes à la régie du spectacle « Hors Service »

Les comédien.ne.s du spectacle "Hors Service" lors de la représentation du spectacle sur scène
Les comédien.ne.s du spectacle "Hors Service" en plein jeu

Pour conclure cette semaine théâtrale, les intervenant.e.s sont venus représenter leur spectacle, « Hors Service », le samedi 12 février, au CSC la Meinau. Une pièce de théâtre de Juliette Steiner de la Compagnie Quai n°7, qui rend hommage aux travailleurs.euses de l’ombre : les agents d’entretien. Alors que ça nettoie, balaie, aspire, l’heure de la pause sonne ! Ding, dong ! S’ouvre la Cène d’un casse-croûte aux airs de messe, où le vin devient de l’eau, et l’hostie, des chips. Tout d’un coup, la bande son du monde bugue ! Dans tout ce bazar, ce chaos, cette absurdité, le trio de comédien.ne.s s’empare de l’infinité des possibilités sonores qui s’offrent à iels. Jeu, chant, rap, danse, tout s’entremêle. Le son, fil rouge de la pièce, prend tout son sens. A travers ce spectacle, la metteuse en scène, Juliette Steiner, illustre la capacité du son à être vecteur de sens et d’émotions, tout aussi signifiant que le langage parlé. Un bon moment à passer, drôle, très drôle même. Les rires des spectateurs.trices résonnaient dans tout le CSC !

Des jeunes du CSC à la régie du spectacle "Hors Service"
Des jeunes du CSC à la régie du spectacle "Hors Service"
Un jeune du CSC dirige un projecteur lors du spectacle "Hors Service"
Un des jeunes du CSC dirige un projecteur lors de la représentation

Les jeunes du Centre ont eu un rôle très important durant cette représentation : ils étaient les techniciens lumières et sonores. Les jeunes n’ont eu que la journée du samedi pour préparer la représentation du soir : coup de stress. Mais finalement, tout s’est passé à merveille ! Les jeunes ont fait preuve d’un professionnalisme, qui fut d’ailleurs largement salué par Juliette Steiner et les comédiens et comédiennes présent.e.s.

Les jeunes gèrent la lumière et le son en temps réel
Les jeunes gèrent la lumière et le son en temps réel

Certains jeunes voient déjà la suite : « J’ai bien aimé cette semaine, car ce qu’on apprit pourrait nous aider à faire un court-métrage plus tard, peut-être pour le festival des talents, afin de montrer le talent d’artiste et de comédien qu’on a en nous », projette Sariel, 14 ans.

Des vocations sont nées ! Une aventure à suivre…

Les comédiens et les jeunes du Centre saluent le public
A l'issue de la représentation du spectacle, toute l'équipe et les jeunes apprentis régisseurs du Centre, saluent le public

E.W, février 2022

Eva Wernert
Author: Eva Wernert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.